Les missions

Les missions

Traitement des situations de maltraitance

Le décret (12/05/1984)

Bilan pluridisciplinaire

Aide appropriée, en réseau

Nos valeurs et notre éthique...

 

 

 

L’équipe de Namur met l’accent sur l’aide à apporter à l’enfant et à la famille. Notre intervention s’inscrit dans le registre du soin, de la reconstruction et de la réinscription d’une famille, d’un enfant dans les valeurs humaines de notre collectivité.

Notre intervention répond aux règles déontologiques de chaque discipline. Elle s'appuie en particulier sur le respect de la confidentialité des entretiens. Seule exception : l'équipe sort du secret professionnel lorsque l'état de danger de l'enfant persiste. Les autorités sont alors sollicitées, et les personnes intéressées prévenues.

Par ailleurs, quand il y a indication d'un travail en réseau et après accord des parents, notre équipe peut prendre contact avec d'autres intervenants.

Les missions

 

SOS Parenfants-Namur existe depuis 1984.

 

Les missions des équipes SOS Enfants ont été définies dans le décret du 29 avril 1985 de la Communauté française, qui a été abrogé et remplacé par le décret du 16 mars 1998, puis par celui du 12 mai 2004. Les articles 9 et 10 de ce texte indiquent que :

 

Article 9

Les équipes SOS Enfants ont pour missions :

1° d'assurer la prévention individuelle et le traitement des situations de maltraitance d'initiative ou lorsque l'intervention est sollicitée par toute personne, institution ou service ou lorsque l'intervention est demandée par le conseiller de l'aide à la jeunesse en référence à l'article 36, §3, du décret du 4 mars 1991 ou par le directeur en application d'une décision judiciaire en vertu de l'article 38 du décret du 4 mars 1991 relatif à l'aide à la jeunesse ;

2° d'établir un bilan pluridisciplinaire de la situation de l'enfant et de sa situation dans son milieu familial de vie ;

3° de veiller à apporter une aide appropriée à l'enfant victime ou en situation de risque de maltraitance ; pour ce faire, les équipes apportent une aide à son milieu familial de vie, en créant si nécessaire des synergies avec le réseau socio-médico-psychologique, sauf si cela porte atteinte à l'intérêt de l'enfant ;

4° d'établir toute collaboration utile, et plus particulièrement avec les travailleurs médico-sociaux de l'Office, les conseillers et les directeurs ;

5° d'apporter leur collaboration à l'Office, aux services du Gouvernement de la Communauté française et aux CAAJ pour l'organisation de campagnes de prévention et d'information et pour la formation des intervenants professionnels en matière de maltraitance d'enfants ;

6° de faire progresser les connaissances scientifiques par des publications, conférences, formations, journées d'études à destination des intervenants.

 

Article 10

A titre complémentaire, les équipes SOS Enfants peuvent développer des actions spécifiques afin de répondre à des problématiques nouvelles telles que :

- l'aide préventive aux futurs parents dont le milieu ou le comportement engendre un risque de maltraitance pour l'enfant à naître par le développement d'actions en réseau ;

- la prise en charge thérapeutique des mineurs d'âge auteurs d'infractions à caractère sexuel.

Concrètement, nous nous attachons à établir un diagnostic pluridisciplinaire de la situation de maltraitance, de l'enfant et de ses proches. Nous tentons de mettre en place les mesures d'aide appropriées à chaque situation, en tenant compte de leur singularité historique, sociale et culturelle. Nous proposons à l'enfant, à sa famille et/ou à ses proches un soutien dans la crise ainsi qu'une aide à plus long terme, y compris thérapeutique. Nous intervenons également auprès de professionnels en tant que soutien et qu'aide à la réflexion dans la gestion de situations de maltraitance.